YOGA  TAICHI 91

Alliance harmonieuse du Taichi chuan , du Qiqong , du  Yoga et de la Méditation

 

" Trouvez par la pratique votre paix intérieure  "
drapeau france drapeau anglais drapeau usa drapeau espagne



YOGA TAICHI 91

Christian RASOTTO

06 17 08 68 09

shanti91160@gmail.com

Le Silambam

 

Le Silambam est un art martial traditionnel d'Inde du Sud, dédié principalement au bâton long. On le connaît sous ce nom en Tamoul, mais aussi sous d'autres dénominations dans d'autres districts/langues. L'étymologie semble venir de silam, qui veut dire montagne ou colline, et bam, un raccourci de bambou (lui-même un mot d'origine Marathe). Le terme original était donc Silambamboo, le "bambou de la colline", devenu Silambam au fil du temps.
C'est un art du bâton à part entière, bien que l'on puisse trouver par exemple des maîtres de Kalaripayattu qui, utilisant un bâton, le denomment alors Silambam. Cela se comprend aisément d'un point de vue historique, car les pratiquants avaient tout intérêt à apprendre toutes sortes d'armes au gré de leurs rencontres avec des experts, et à ensuite les intégrer dans leur propre école. Il n'y a donc pas supercherie, mais une pratique commune que l'on retrouve aussi dans les systèmes traditionnels japonais (Shinto Ryu, Jo Do, etc...). Mais il s'agit maintenant de faire la part des choses, il existe un art du bâton en propre en Inde, le Silambam.

silambam

 


Peu de choses objectives sont vraiment connues sur les origines du Silambam. Les textes sont rares ou encore à découvrir dans l'immensité littéraire de l'Inde du Sud, et bien entendu sont écrits en Tamoul le cas échéant. Il s'agit donc encore d'un champ de recherche, mais il en est fait mention dans le Mahabharata, le Ramayana, et dans les manuscrits du sage Agasthiyar. On trouve cependant un ouvrage en anglais écrit par David Manuel Raj dans les années 70, mais malgré son immense mérite et son dévouement, ces petits livres contiennent très peu d'informations, et présentent surtout le Silambam comme un sport, alors qu'il s'agit d'un art martial redoutable.
Pour ce qui est de la tradition orale, je ne peux rentrer en matière que sur l'école Nillaikalakki dont je suis l'enseignement, les autres écoles ayant vraisemblablement des versions différentes, qu'il serait d'ailleurs intéressant de comparer.

silambam


L'origine présumée se situe il y a 5000 ans dans les collines Krunji, actuellement dans le Kerala, où des "natifs" (vraisemblablement des tribus d'origines pré-dravidiennes), les Narikuravar, utilisaient des perches de bambou pour chasser et se défendre des animaux sauvages, ainsi que pour leurs rituels et autres festivals. Il est dit que des yogis qui venaient en retraite dans ces montagnes ont alors appris de ces tribus, et l'on intégré et distribué avec leurs propres pratiques.
De là, des écoles se seraient ensuite montées sous l'égide des rois des époques Cheran, Cholan et Pandian. Toujours en ce qui concerne notre style, nous avons une liste assez détaillée de la généalogie des derniers maîtres de la lignée (à peu près depuis le XVIème siècle).

silambam


Il faut souligner que si les informations sont spécialement rares sur ces sujets, c'est à cause d'une conjonction de faits. D'abord, les systèmes guerriers traditionnels étaient secrets, réservés à leur seuls récipiendaires, et donc cachés aux yeux des profanes par simple souci d'éfficacité. Une technique connue et divulguée est beaucoup moins efficace, et personne ne souhaite se faire attaquer par son adversaire avec ses propres armes ! Il est intéressant d'ailleurs de noter que la majorité des entraînements se font encore de nuit, en plus de bénéficier d'une fraîcheur très relative. D'autre part, comme conséquence du secret, c'est que les Maîtres préferaient souvent emporter leurs secrets dans la tombe plutôt que de les livrer à des disciples jugés indignes ou malveillants. Enfin, sous la domination britannique, il était interdit de se battre au bâton, ce qui réduisit du coup la popularité du Silambam et son expansion.
Néanmoins, l'aspect original (dans les deux sens du terme) du Silambam est indéniable et la difficulté actuelle pour le situer dans les sources littéraires n'enlève en rien à son héritage, sa beauté, sa sophistication et son efficacité.

 

silambam

Site réalisé par christian RASOTTO     06 17 08 68 09