YOGA  TAICHI 91

Alliance harmonieuse du Taichi chuan , du Qiqong , du  Yoga et de la Méditation

 

" Trouvez par la pratique votre paix intérieure  "
drapeau france drapeau anglais drapeau usa drapeau espagne



YOGA TAICHI 91

Christian RASOTTO

06 17 08 68 09

shanti91160@gmail.com

TAI CHI : IMPACT SUR LE VIEILLISSEMENT

Au total : - 89 articles scientifiques (revues à comité de lecture) retrouvés dans la littérature internationale depuis 1980 - Aucun article scientifique référencié sur Medline ne provient d’équipes françaises (validé par comité de lecture) … - La plupart des expérimentations ont été réalisées par des équipes américaines, et encore plus par des équipes chinoises ou d’autres pays d’Asie (il fallait s’y attendre) - 32 articles (me) semblent particulièrement importants et/ou les mieux argumentés au plan scientifique. Il sont résumés ci-dessous - Il faut particulièrement noter l’étude expérimentale réalisée dans le cadre de la cohorte FICSIT et l’équipe de Wolf et col. Cette étude a été initiée en 1993. Les résultats ont été présentés en 1996 et ont été repris in extenso dans le JAGS en 2003 (reprint), compte tenu de l’importance accordée à ce travail par la Société américaine de Gériatrie. Cette étude de référence donne lieu à d’autres travaux qui nuancent les résultats, mais surtout tendent à valider/adapter le Tai Chi à la typologie de la PA et à son niveau de fragilité pour mieux cerner la place de l’action préventive la plus efficace. - Il faut également noter l’excellente revue générale de Wu (2002) et celle plus nuancée de Verhagen (2004)

santé troisieme age

LISTE DES ARTICLES LES PLUS IMPORTANTS AVEC LEURS CHAMPS D’INTÉRÊT

1 - Tai Chi in Australia: acceptable and effective approach to improve balance and mobility in older people? Hill K, Choi W, Smith R, Condron J Australasian Journal on Ageing ; 24(1) 9-14, 2005 = Tai Chi, et bénéfice global

2 – The efficacy of Tai Chi Chuan in older adults: a systematic review. Verhagen AP, Immink M, van der Meulen A, Bierma-Zeinstra SM. Fam Pract., 21(1):107-13, 2004 = méta-analyse nuançant l’importance du bénéfice du Tai Chi

3 - Relative exercise intensity of Tai Chi Chuan is similar in different ages and gender. Lan C, Chen SY, Lai JS Am J Chin Med, 32(1):151-60, 2004 = ubiquité du Tai Chi

4 – The aerobic capacity and ventilatory efficiency during exercise in Qigong and Tai Chi Chuan practitioners. Lan C, Chou SW, Chen SY, Lai JS, Wong MK. Am J Chin Med, 32(1):141-50, 2004 = comparaison Tai Chi et Ci Kong

5 – Effect of 4- and 8-wk intensive Tai Chi Training on balance control in the elderly. Tsang WW, Hui-Chan CW. Med Sci Sports Exerc, 36(4):648-57, 2004. = bénéfice rapide du Tai Chi ; effet prolongé

6 - Effect of tai chi exercise on proprioception of ankle and knee joints in old people Xu D, Hong Y, Li J, Chan K, Br J Sports Med , 38:50–54, 2004 = Tai Chi et proprioception

7 – Tai Chi improves standing balance control under reduced or conflicting sensory conditions. Tsang WW, Wong VS, Fu SN, Hui-Chan CW. Arch Phys Med Rehabil., 85(1),129-37, 2004. = Bénéfice très important du Tai Chi si troubles visuels ou vestibulaires

8 - Tai Chi and Self-Rated Quality of Sleep and Daytime Sleepiness in Older Adults ; a Randomized Controlled Trial Li F, PhD, K. Fisher KJ, PhD, Harmer P, PhD, Irbe D, Tearse RG, Weimer C J Am Geriatr Soc, 52, 892–900, 2004. = Tai Chi et qualité du sommeil

9 – Artificial neural networks and center-of-pressure modeling: a practical method for sensorimotor degradation assessment. Shan G, Daniels D, Gu R.. J Aging Phys Act., 12(1), 75-89, 2004 = Tai Chi et plasticité neuronale

10 - Reducing Frailty and Falls in Older Persons : An Investigation of Tai Chi and Computerized Balance Training Wolf SL, Huimnan X. Barnhart XB, Kutner NG, McNeely E, Coogler C, Xu T, and the Atlanta FICSIT Group J Am Geriatr Soc 51, 1794–1803, 2003. Reprinted from : Wolf S, Barnhart H, Kutner N, McNeely E, Xu T, and the Atlanta FICSIT Group. Reducing frailty and falls in older persons: an investigation of Tai Chi and computerised balance training. 1996; 44: 489–97. = Tai Chi et risque de chutes chez la PA peu fragile

11 - Intense Tai Chi Exercise Training and Fall Occurrences in Older,Transitionally Frail Adults : A Randomized, Controlled Trial. Wolf SL, Richard W. Sattin RW, Kutner M, O’Grady M, Greenspan AI, Gregor RJ J Am Geriatr Soc, 51, 1693–1701, 2003. = Tai Chi et PA en situation de fragilisation

12 – Effects of tai chi on joint proprioception and stability limits in elderly subjects. Tsang WW, Hui-Chan CW. Med Sci Sports Exerc, 35(12), 1962-71, 2003 = Tai Chi et proprioception

13 - Exercise interventions: defusing the world’s osteoporosis time bomb Chan KM, Anderson M & Lau E Bulletin of the World Health Organization, 81, 827-830, 2003 = Tai Chi et prévention de l’ostéoporose

14 – Evaluation of the effectiveness of Tai Chi for improving balance and preventing falls in the older population--a review. Wu G. J Am Geriatr Soc., 50(4):746-54, 2002 = Revue générale qui fait bien le point sur des travaux antérieurs

15 - Tai Chi Chuan training is associated with enhanced endothelium-dependent dilation in skin vasculature of healthy older men. Wang JS, Lan C, Chen SY, Wong MK J Am Geriatr Soc. 50(6):1159-60, 2002 = Impact du Tai Chi sur la circulation périphérique

16 - Effects of tai chi exercise on pain, balance, muscle strength, and perceived difficulties in physical functioning in older women with osteoarthritis: a randomized clinical trial. Song R, Lee EO, Lam P, Bae SC. J Rheumatol. 30(9):2039-44, 2003 = Bénéfice du Tai Chi dans l’ostéoarthrite

17 - Taiji training improves knee extensor strength and force control in older adults. Christou EA, Yang Y, Rosengren KS. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 58(8):763-6, 2003 = Bénéfice du Tai Chi sur le quadriceps

18 - Effects of Tai Chi exercise on balance, functional mobility, and fear of falling among older women. Taggart HM Appl Nurs Res. ; 15(4), 235-42, 2002 = Tai Chi, équilibre et chutes

19 - Improvement of isokinetic knee extensor strength and reduction of postural sway in the elderly from long-term Tai Chi exercise. Wu G, Zhao F, Zhou X, Wei L. Arch Phys Med Rehabil. ; 83(10), 1364-9, 2002 = Tai Chi, puissance musculaire et instabilité posturale

20 - An evaluation of the effects of Tai Chi exercise on physical function among older persons: a randomized contolled trial. Li F, Harmer P, McAuley E, Duncan TE, Duncan SC, Chaumeton N, Fisher KJ. Ann Behav Med. 23(2):139-46, 2001. = Tai Chi et motricité équilibre

21 - Tai Chi Chuan to improve muscular strength and endurance in elderly individuals: a pilot study. Lan C, Lai JS, Chen SY, Wong MK. Arch Phys Med Rehabil. ; 81(5):604-7, 2000 = Tai Chi et puissance/endurance musculaire du membre inférieur

22 - Balance control, flexibility, and cardiorespiratory fitness among older Tai Chi practitioners. Hong Y, Li JX, Robinson PD. Br J Sports Med. ; 34(1):29-34, 2000 = Tai Chi, motricité équilibre et adaptation cardio-respiratoire

23 - The effects of a short-term exercise program on movement, pain, and mood in the elderly. Results of a pilot study. Ross MC, Bohannon AS, Davis DC, Gurchiek L. J Holist Nurs.;17(2),139-47, 1999. = Tai Chi, et effet global sur bien-être et qualité de vie

24 - A therapeutic programme for people with dementia. Gibb H, Morris CT, Gleisberg J. Int J Nurs Pract. ; 3(3):191-9, 1997 = Tai Chi : pratique bénéfique au cours des démences non sévères

25 - Cardiorespiratory function, flexibility, and body composition among geriatric Tai Chi Chuan practitioners. Lan C, Lai JS, Wong MK, Yu ML. Arch Phys Med Rehabil. ; 77(6), 612-6, 1996 = Tai Chi, souplesse, adaptation cardio-respiratoire et masse grasse

26 - Changes in haemodynamic parameters following Tai Chi Chuan and aerobic exercise in patients recovering from acute myocardial infarction. Channer KS, Barrow D, Barrow R, Osborne M, Ives G. Postgrad Med J. ; 72(848), 349-51, 1996 = Tai Chi, et infarctus du myocarde

27 - Two-year trends in cardiorespiratory function among older Tai Chi Chuan practitioners and sedentary subjects. Lai JS, Lan C, Wong MK, Teng SH. J Am Geriatr Soc. ; 43(11):1222-7, 1995 = Tai Chi : moindre déclin fonctionnel cardiorespiratoire

28 - Cardiorespiratory responses of Tai Chi Chuan practitioners and sedentary subjects during cycle ergometry. Lai JS, Wong MK, Lan C, Chong CK, Lien IN. J Formos Med Assoc. ; 92(10), 894-9, 1993 = Tai Chi et adaptation cardiorespiratoire (seniors jeunes)

29 - The Atlanta FICSIT study: two exercise interventions to reduce frailty in elders. Wolf SL, Kutner NG, Green RC, McNeely E. J Am Geriatr Soc. ; 41(3):329-32, 1993 = Tai Chi : article socle du programme FICSIT

30 -Evaluating the safety and potential use of a weight-bearing exercise, Tai-Chi Chuan, for rheumatoid arthritis patients. Kirsteins AE, Dietz F, Hwang SM. Am J Phys Med Rehabil. ; 70(3):136-41, 1991 = Tai Chi : bénéfice dans la PR

31 - Changes in heart rate, noradrenaline, cortisol and mood during Tai Chi. Jin P. J Psychosom Res. ; 33(2), 197-206, 1989 = Tai Chi et paramètres biologiques du stress 32 - Preventive geriatrics : an overview from traditional Chinese medicine. Zhou DH. Am J Chin Med. ; 10(1-4),

32-39, 1982 = Premier article trouvé et prenant en compte le Tai Chi en prévention et Santé COMMENTAIRES D’ARTICLES Hill K, Choi W, Smith R, Condron J Tai Chi in Australia: acceptable and effective approach to improve balance and mobility in older people? Australasian Journal on Ageing ; 24(1) 9-14, 2005

Sur 90 PA de 70 ans d’âge moyen cette équipe confirme le bénéfice du Tai Chi (1h 3 fois par semaine) en ayant utilisé une batterie exhaustive de tests validés dans le domaine de la moricité équilibre. C’est l’équilibre qui est significativement le plus amélioré. Par ailleurs les auteurs soulignent le bénéfice plus global du Tai Chi, avec une forte adhésion des participants qui souhaitent majoritairement poursuivre le programme, avec une amélioration de l’équilibre de vie et un intérêt ddes personnes testées pour l’action de stimulation cognitive du Tai Chi liée à la mémorisation des figures. Li F, PhD, K. Fisher KJ, PhD, Harmer P, PhD, Irbe D, Tearse RG, Weimer C : Tai Chi and Self-Rated Quality of Sleep and Daytime Sleepiness in Older Adults ; a Randomized Controlled Trial J Am Geriatr Soc, 52, 892–900, 2004.

Les troubles du sommeil ont chez la personne âgée des conséquences souvent graves et difficiles à apprécier, allant jusqu’à générer une augmentation de la morbidité et de la mortalité par affection cardio-vasculaire. Dans tous les cas, les troubles du sommeil modifient la qualité de vie et le bien être de la PA. Les causes des troubles du sommeil sont multiples. Si l’altération du sommeil peut être la conséquence évidente du mauvais état de santé, en relation directe avec une/des pathologies en cours, ce type de situation est loin de tout expliquer. En effet, si on fait référence à l’étude la plus documentée et portant sur 9000 PA (enquête du national institute on aging : Foley DJ & al, Sleep,1995), plus de 50 % des PA de plus de 65 expriment des troubles chroniques du sommeil lorsqu’on les interroge. Les troubles du sommeil chez la PA sont donc presque toujours la résultante de situations autres que des pathologie aigues ou en cours. Ces causes sont apparemment plus bénignes, et généralement insuffisamment recherchées. Il faut principalement citer le manque progressif d’activité physique et d’effort musculaire journalier, la réduction des actes élémentaires de la vie quotidienne, les états anxieux et dépressifs, les situations de stress environnementaux, etc. L’étude Li F et al (Jags, 2004) compare les effets (pendant 6 mois, 3 fois 1 heure par semaine) d’un programme de Tai-Chi (n=62) avec ceux d’un programme d’exercices physiques conventionnels de basse intensité (n=56).

Ils ont utilisés des echelles et des tests internationaux validés, aussi bien pour la de qualité du sommeil (PSQI-1989 : Pittsburgh Sleep Quality Index ;ESS-1991 : Epworth Sleepiness Scale), que pour l’appréciation de l’activité motricité/équilibre, ou le ressenti de la qualité ede vie (SF12). Les deux cohortes ont été parfaitement appariées, comme le montre le tableau ci-dessous :

Les auteurs démontrent une amélioration très significative de la qualité du sommeil, à la fois par une réduction du temps d’endormissement (–18min) et une augmentation du temps de sommeil (+48minute). Simultanément, et confirmant la littérature, Le Tai-Chi démontre une nette amélioration des tests de performance physique (station unipodale, lever de chaise, marche rapide). Cette amélioration est nettement plus significative que celle obtenue avec des exercices conventionnels de basse intensité.

Le tableau ci dessous fournit les principaux résultats : Par contre la qualité de vie perçue (mesurée par le SF12) a été améliorée dans les 2 cas et la différence n’est pas significative entre les 2 groupes. Le tai chi se révèle ainsi une approche non médicamenteuse efficace pour prendre en charge les troubles du sommeil de la PA. Wolf SL, Huimnan X. Barnhart XB, Kutner NG, McNeely E, Coogler C, Xu T, and the Atlanta FICSIT Group Reducing Frailty and Falls in Older Persons : An Investigation of Tai Chi and Computerized Balance Training J Am Geriatr Soc 51, 1794–1803, 2003. (Reprinted from JAGS 1996)

Dans le cadre du programme FICSIT (The Atlanta Frailty and Injuries Cooperative Studies and Intervention Techniques), l’étude de Wolf et al a permis de comparer les effets de 2 méthodes d’entraînement physique chez 200 PA de plus de 70 ans (âge moyen 76 ans ; 162 femmes, 38 hommes) : - le Tai Chi (TC), - une méthode plus conventionnelle d’entraînement à l’équilibre par des exercices programmés (BT). Les 2 bras principaux (TC et BT) ont été comparés à un 3eme bras, recevant un programme purement éducatif et de conseils (ED). La période d’intervention était de 15 semaines ; elle a été prolongée par un suivi ultérieur de 4 mois .

Plusieurs paramètres ont été évalués dans le cadre du programme FICSIT pour suivre l’évolution du niveau de fragilité des participants au programme et établir des indicateurs. Les critères étaient à la fois, - biomédicaux : force musculaire, souplesse, endurance cardiovasculaire, composition corporelle. - Fonctionnels, en mesurant les IADL, - Psycho sociaux : échelle de dépression, perception de la santé présente et future, maîtrise de soi et motivation, qualité du sommeil, mal être.

Une analyse complémentaire a permis de mesurer la peur de tomber et la fréquence des récidives de chutes. Les cohortes étaient sensiblement comparables, comme le montre le tableau ci dessous :

Dans tous les groupes testés les performances globales ont été améliorées, en particulier sur la force musculaire. Mais les résultats montrent clairement les meilleurs bénéfices du Tai-Chi, par rapport aux 2 autres groupes, avec : - Une diminution très significative de la pression artérielle de repos, ainsi que la pression sytolique mesurée après une marche forcée de 12 minutes, - - Un réduction très significative de la peur de tomber. L’ajustement statistique des résultats montre alors que le risque de récidive des chutes a été réduit de 47% par le Tai-Chi dans cette expérimentation. Les pricipaux résultats sont colligés dans les tableaux ci-dessous : Wolf SL, Richard W. Sattin RW, Kutner M, O’Grady M, Greenspan AI, Gregor RJ Intense Tai Chi Exercise Training and Fall Occurrences in Older,Transitionally Frail Adults : A Randomized, Controlled Trial. J Am Geriatr Soc, 51, 1693–1701, 2003.

Un travail précédant de Wolf et al (Jags-1996, repris en 2003, mettait en évidence les bénéfices du Tai Chi sur des patients peu ou pas fragiles. Cette nouvelle étude, tout en confirmant les résultats antérieurs, en nuance la portée. L’expérimentation est réalisée sur une population sélectionnée et ciblée : les personnes âgées en cours de fragilisation. En terme de politique de Santé Publique et de prévention , il est évident qu’il s’agit de la population la plus intéressante : celle sur laquelle on peut concevoir un prise en charge sanitaire ciblée Pour définir cette population (en cours de fragilisation), l’équipe a retenu 10 critères de fragilité dans des domaines reconnus : age, équilibre, capacité à la marche, autres activités physiques, niveau de dépression, usage de sédatifs, vision de près, statut pathologique et comorbidités, force des membres supérieurs et inférieurs. Sur ces critères, une PA est réputée « robuste » si 4 items sur les 10 sont strictement normaux et si moins de 2 items sont fortement perturbés. Inversement, une PA est reconnue fragile si 4 critères sur 10 sont fortement altérés et si un seul critère reste normal. Les PA correspondant aux cas intermédiaires sont alors classés comme étant des PA en situation transitionnelle de fragilisation. Pour une inclusion dans le protocole, les PA devaient également avoir chuté au moins une fois dans l’année qui précède. Par contre, les insuffisances cardiaques ou respiratoires invalidantes, un MMS de Folstein <24, et une mobilité restreinte au transfert lit-fauteuil., constituaient des critères d’exclusion.

Dans ces conditions, 145 PA avaient été incluses dans un bras bénéficiant du Taï-Chi, (TC) versus un bras de 141 PA ne bénéficiant que d’un programme de conseils en santé et au « bien vieillir » (WE). La moyenne d’âge était de 81 ans (étendue : 70 - 97 ans) Les conditions d’apprentissage des figures du Tai Chi ont été strictement définies au même titre que la qualification des instructeurs. Les séries d’intervention ont été poursuivies pendant 48 semaines. De nombreux paramètres ont été comparativement mesurés… Sur cette population ciblée, et pour la globalité des 48 semaines du temps d’intervention, l’étude n’a pas montré un risque de chute significativement différent entre TC et WE.

Par contre, une analyse tendancielle plus poussée, tenant compte des temps intermédiaires d’évaluation, montre des variations significatives obtenues avec le Tai Chi. Plus précisément, au cours du premier mois d’apprentissage le Tai Chi augmente significativement le risque de chute.

Ensuite, du 4eme au 12eme mois le Tai Chi réduit significativement le risque de chute (47% dans le groupe TC, versus 60% dans le groupe WE). La figure suivante traduit ces résultats Ces résultats, obtenus sur des PA en cours de fragilisation, sont donc moins nets que ceux obtenus par la même équipe chez des patients peu fragiles ou simplement vulnérables. Ce constat appelle cependant des commentaires : -

Chez ces PA fortement fragilisées, ce n’est qu’au tout début de la pratique du Tai Chi que les risques de chute s’amplifient. Il faut alors s’interroger sur la vigilance à mettre en place et sur les modalités d’initiation à ce type de pratique (chronologie, progression des exercices, qualité du formateur, etc), -

Ultérieurement le Tai Chi démontre une action positive sur le risque de chute, - La population ciblée dans cette expérimentation, même si les critères d’inclusions ont été très rigoureux, n’est pas nécessairement homogène, et le reflet de l’ensemble d’une population en cours de fragilisation. Notons surtout qu’un nombre important de PA avaient déjà des déficits cognitifs.

Or, d’autres études montrent qu’une pratique interventionnelle pour prévenir les chutes n’est que peu ou pas efficace chez des patients présentant des déficits cognitifs importants, un état démentiel ou pré-démentiel (voir ref $$$, à ajouter). Chan KM, Anderson M & Lau E Exercise interventions: defusing the world’s osteoporosis time bomb Bulletin of the World Health Organization, 81, 827-830, 2003 L’exercice physique pratiqué dès le plus jeune âge contribue à augmenter la densité minérale osseuse, et réduit la perte osseuse à l’âge adulte. L’exercice non seulement améliore la qualité de la trame osseuse, mais il renforce également les muscles, la coordination, l’équilibre, la souplesse et permet d’avoir dansl’ensemble une meilleure santé.

La marche, l’aérobic, le tai-chí sont tout particulièrement indiqués pour stimuler la formation osseuse et renforcer les muscles de soutien. Encourager l’exercice physique à tous âges est donc une priorité absolue pour prévenir l’ostéoporose. Xu D, Hong Y, Li J, Chan K, Effect of tai chi exercise on proprioception of ankle and knee joints in old people, Br J Sports Med , 38:50–54, 2004 Cette étude a eu pour but de vérifier que le Tai Chi traditionnel améliore la proprioception chez la PA, et que, dans ce contexte, le Tai Chi est l’exercice le plus performant. Pour cela, les auteurs ont mesuré comparativement le seuil kinesthésique de l’articulation de la cheville et du genou chez 21 PA pratiquants habituels du Tai Chi (TC), versus 20 PA qui pratiquaient régulièrement du footing et de la natation (RS), et 27 PA sédentaires (groupe contrôle, CG).

Ils démontrent ainsi que le seuil kinesthésique de l’articulation de la cheville est significativement différent entre les 3 groupes. Le groupe TC détecte très significativement des mouvements de bien moindre amplitude que les 2 autres (RS et CG n’étant pas significativement différents l’un de l’autre). Pour l’articulation du genou, une analyse plus fine montre que c’est la sensibilité à la flexion qui est significativement améliorée, la sensibilité à l’extension de l’articulation du genou restant similaire pour les 3 groupes.

En conclusion, cette étude démontre que la pratique régulière du Tai Chi est une méthode idéale pour préserver ou restaurer un bon contrôle de l’équilibre. Le Tai Chi favorise une meilleure proprioception kinesthésique au niveau des articulations de la cheville ou du genou, le Tai Chi étant même plus efficace que le footing/natation pour préserver le seuil de kinesthésie de l’articulation de la cheville.

Cette constatation est essentielle, puisque nous savons que la PA utilise davantage les informations proprioceptives provenant de la hanche, en compensation de l’affaiblissement des informations kinesthésiques provenant de la cheville ou du genou. Or la perte de la proprioception de la cheville est largement responsable du risque de chute. Shan G, Daniels D, Gu R.. Artificial neural networks and center-of-pressure modeling: a practical method for sensorimotor degradation assessment. J Aging Phys Act., 12(1), 75-89, 2004

Le tai chi limiterait le vieillissement sensori-moteur et la diminution progressive des unités fonctionnelles observée au sein des réseaux neuronaux. Lan C, Chen SY, Lai JS Relative exercise intensity of Tai Chi Chuan is similar in different ages and gender. Am J Chin Med, 32(1):151-60, 2004

L’étude porte sur 100 individus âgés de 25 à 80 ans, séparés en 3 classes d’âge et répartis en fonction du sexe. Le rythme cardiaque, le rythme respiratoire et la pression artérielle ont été mesurés. Le Tai Chi Chuan est une exercice aerobic d’intensité modérée, pratiqué avec la même intensité quel que soit l’âge ou le sexe et aboutissant aux même niveau de réponse adaptative chez le sujet le pratiquant régulièrement.

Le Tai Chi Chuan est donc particulièrement adapté à la maintenance des capacités fonctionnelles avec l’âge, et quel que soit l’âge. Lan C, Chou SW, Chen SY, Lai JS, Wong MK. The aerobic capacity and ventilatory efficiency during exercise in Qigong and Tai Chi Chuan practitioners. Am J Chin Med, 32(1):141-50, 2004 L’étude compare, sur une population de 36 sujets divisés en 3 groupes (n=12), les bénéfices du Tai Chi et du Qigong par rapport à un groupe contrôle.

Chez les sujets âgés, le bénéfice des deux types d’exercice est identique sur la capacité ventilatoire. L’entraînement fourni par le Tai Chi est cependant plus efficace. Néanmoins le Qigong fournit aussi un bénéfice grace à l’entrainement spécifique de la respiration diaphragmatique. Tsang WW, Hui-Chan CW. Effect of 4- and 8-wk intensive Tai Chi Training on balance control in the elderly. Med Sci Sports Exerc, 36(4):648-57, 2004.

Chez 49 PA (70±5) les auteurs démontrent que le Tai Chi améliore significativement les tests d’équilibre et de posture. L’amélioration est significative après un programme de 4 semaines, et les bénéfice obtenus sont encore significatifs 4 semaines après l’interruption du programme. Tsang WW, Wong VS, Fu SN, Hui-Chan CW. Tai Chi improves standing balance control under reduced or conflicting sensory conditions. Arch Phys Med Rehabil., 85(1),129-37, 2004.

L’étude porte sur 20 PA pratiquant le Tai Chi, versus 20 PA sédentaires et 20 sujets jeunes. L’expérimentation démontre que le Tai Chi est particulièrement efficace pour restaurer l’équilibre chez les PA souffrant de troubles visuels et/ou vestibulaires. Le bénéfice sur la proprioception est moins net (contrairement à d’autres publications) Verhagen AP, Immink M, van der Meulen A, Bierma-Zeinstra SM. The efficacy of Tai Chi Chuan in older adults: a systematic review. Fam Pract., 21(1):107-13, 2004 Les auteurs ont réalisé une méta-analyse pour valider les bénéfices du Tai Chi sur l’équilibre et les fonctions cardio respiratoires. Dans la plupart des études, le type de Tai Chi proposé est un style Yang comportant 10 à 20 figures, avec 1 fréquence variant de 1h/sem pendant 10 semaines à 1h/jour pendant 1 an.

Si la plupart des expérimentations démontrent le bénéfice du Tai Chi, allant jusqu’à des bénéfices de 47% sur la réduction du nombre de chutes les auteurs nuancent ce résultat bénéfique en critiquant les modalités des protocoles souvent mis en oeuvre et les analyses statistiques consécutives. Tsang WW, Hui-Chan CW. Effects of tai chi on joint proprioception and stability limits in elderly subjects. Med Sci Sports Exerc, 35(12), 1962-71, 2003

Cette étude porte sur 21 sujets pratiquant le Tai Chi, versus un groupe contrôle (âge moyen 70ans). En utilisant une plateforme stato kinetique, elle confirme d’autres résultats, en montrant une amélioration significative des capacités proprioceptives au niveau du genou, avec un élargissement du polygone de stabilité en position debout (tant en situation statique qu’en situation dynamique, en y associant le déplacement de poids) Wu G. Evaluation of the effectiveness of Tai Chi for improving balance and preventing falls in the older population--a review. J Am Geriatr Soc., 50(4):746-54, 2002 Revue générale qui fait le point sur les expérimentations antérieures. Les tableaux ci dessous résument les principaux résultats La discussion est excellente. Elle mérite d’être reprise et commentée Wang JS, Lan C, Chen SY, Wong MK. Tai Chi Chuan training is associated with enhanced endothelium-dependent dilation in skin vasculature of healthy older men. J Am Geriatr Soc. 50(6):1159-60, 2002.

Cette étude a été réalisée sur 10 PA pratiquant le Tai Chi depuis 10 ans, versus 10 PA et 12 sujets jeunes sédentaires. Plusieurs tests ont été pratiqués, en conditions basales et après vasodilatation pharmacologiquement provoquée. Les mesures ont été réalisées par enregistrement Laser-Doppler. Les principaux résultats sont présentés sur les 3 figures ci-dessous, extraites de l’article. . La pratique du Tai Chi est donc associée à une augmentation permanente et très significative du champ microcirculatoire cutané profond, mais surtout à une meilleure compliance veineuse et à une meilleure réponse vasodilatatoire micro-artérielle, aboutissant à une meilleure capacité d’adaptation physiologique de la circulation au niveau des membres inférieurs. Le Tai Chi tend à rapprocher les paramètres vasculaires de la PA pratiquant régulièrement cette activité de ceux observés chez le jeune sédentaire. Il faut donc admettre que le Tai Chi pourrait constituer une méthode peu onéreuse et préventive des accidents vasculaires périphériques chez la PA. Song R, Lee EO, Lam P, Bae SC. Effects of tai chi exercise on pain, balance, muscle strength, and perceived difficulties in physical functioning in older women with osteoarthritis: a randomized clinical trial. J Rheumatol. 30(9):2039-44, 2003

Etude comparative d’un programme de 12 semaines de pratique du Tai Chi chez 62 femmes atteintes d’ostéoarthrite sévère, versus un groupe apparié et ne pratiquant pas le Tai Chi. Les auteurs notent une diminution de la douleur articulaire à la mobilisation, des meilleures capacités fonctionnelles par levée des conditions invalidantes, Ils notent également une amélioration significative de la force musculaire abdominale et de l’équilibre postural. Par contre, ils n’observent pas de modification de la force développée par l’articulation du genou. Christou EA, Yang Y, Rosengren KS. Taiji training improves knee extensor strength and force control in older adults. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 58(8):763-6, 2003

Un programme de 20 semaines de Tai Chi testé sur 60 PA âgées de 70 ans démontre son efficacité pour significativement augmenter la force musculaire des extenseurs du genou. Avant d’augmenter significativement la puissance musculaire individuelle , le programme de Tai Chi « normalise » la population et réduit les écarts interindividuels. Taggart HM Effects of Tai Chi exercise on balance, functional mobility, and fear of falling among older women. Appl Nurs Res. ; 15(4), 235-42, 2002 Dans une population de femmes âgées de plus de 75 ans vivant au domicile et autonomes, un programme de Tai Chi suivi pendant 3 mois, à raison de 2 fois par semaine, améliore l’équilibre, la mobilité fonctionnelle et la peur de tomber. Wu G, Zhao F, Zhou X, Wei L. Improvement of isokinetic knee extensor strength and reduction of postural sway in the elderly from long-term Tai Chi exercise. Arch Phys Med Rehabil. ; 83(10), 1364-9, 2002 Chez 20 PA de plus de 65 ans, le Tai Chi régulièrement pratiqué depuis plus de 3 ans montre son efficacité pour augmenter la force musculaire dans les muscles de la cuisse (contraction isométrique) et pour élargir la capacité à maintenir l’équilibre en dehors du polygone de sustentation. La significativité des résultats a été obtenue en utilisant des batteries de tests validés, versus un groupe constitué de 19 PA sédentaires et ne pratiquant pas le Tai Chi. Li F, Harmer P, McAuley E, Duncan TE, Duncan SC, Chaumeton N, Fisher KJ. An evaluation of the effects of Tai Chi exercise on physical function among older persons: a randomized contolled trial. Ann Behav Med. 23(2):139-46, 2001.

Cette étude randomisée avait pour but de démonter qu’un programme Tai Chi de 6 mois était capable d’améliorer le statut en santé de PA (65 à 96 ans ; n = 90) vivant au domicile et inactives. L’expérimentation démontre une amélioration significative de 6 critères de qualité de vie chez les PA participant au Tai Chi, en particulier pour les capacités à marcher, monter des escaliers et courir. Lan C, Lai JS, Chen SY, Wong MK. Tai Chi Chuan to improve muscular strength and endurance in elderly individuals: a pilot study. Arch Phys Med Rehabil. ;81(5):604-7, 2000 L’étude est réalisée avec un programme hebdomadaire de 6 mois de Tai Chi Chuan chez 41 PA de plus de 60 ans. Chez les hommes la force de flexion de la jambe est augmentée de 15 à 20% et la force d’extension de 15 à 23% de . Chez la femme les gains obtenus sont respectivement de 13 à 22% et de 18 à 24 %. En outre, la capacité d’endurance à l’extension du genou est augmentée de 10 à 18% chez les hommes, et de 10 à 15% chez les femmes.

Toutes les améliorations sont significatives (les sujets étant leur propre témoin) et montrent clairement l’intérêt d’un entraînement au Tai Chi pour augmenter la puissance musculaire des membres inférieurs. Hong Y, Li JX, Robinson PD. Balance control, flexibility, and cardiorespiratory fitness among older Tai Chi practitioners. Br J Sports Med. ; 34(1):29-34, 2000 Cette étude compare les performances physiques de 28 PA de 68 ans pratiquant le Tai Chi depuis plus de 13 ans, avec celles obtenues ches 30 PA d’âge comparable mais sédentaires. Le groupe TC exprime des paramètres fonctionnels significativement meilleurs pour le rythme cardiaque de repos, le rythme cardiaque à l’effort, le lever de chaise, la station unipodale yeux fermés. Ross MC, Bohannon AS, Davis DC, Gurchiek L. The effects of a short-term exercise program on movement, pain, and mood in the elderly. Results of a pilot study. J Holist Nurs.;17(2),139-47, 1999.

Les effets à court terme du Tai Chi ont été évalués dans un programme pré test/post test sur 11 femmes âgées. Non seulement l’étude montre une amélioration des paramètres de motricité/équilibre, mais également une amélioration significative du niveau d’anxiété, de l’humeur, du seuil de perception de la douleur.

L’ensemble de l’évaluation, bien argumentée, repose sur des critères utilisant des grilles ou des scores validés (goniométrie, dynamométrie, station unipodale chronométrée, marche tandem, échelle de dépression et de qualification de la qualité de vie, échelle analogique de la douleur). Gibb H, Morris CT, Gleisberg J. A therapeutic programme for people with dementia. Int J Nurs Pract. ; 3(3):191-9, 1997 Bien que insuffisamment étayé par une démarche scientifique pragmatique, permettant de mesurer la significativité exacte de la procédure proposée, les auteurs décrivent les bénéfices d’un programme associant le Tai Chi à un apprentissage de la mémoire narrative chez 9 patients atteints de démence modérément avancée.

Les résultats indiquent que le Tai Chi est encore praticable à ce stade de démence et peut aider à améliorer la qualité de vie et le comportement immédiat de ce type de patients Lan C, Lai JS, Wong MK, Yu ML. Cardiorespiratory function, flexibility, and body composition among geriatric Tai Chi Chuan practitioners. Arch Phys Med Rehabil. ; 77(6), 612-6, 1996

L’étude a été réalisée en comparant les performances fonctionnelles d’un groupe de 22H+19F ayant pratiqué régulièrement le Tai Chi depuis plus de 10 ans, avec un groupe de 18H+17F. Les bras ont été rigoureusement appariés ; la moyenne d’âge est à 69ans ± 4. Il s’agit de PA situées dans un vieillissement réussi.

Pour le groupe Tai Chi (versus le groupe de PA sédentaires), les capacités respiratoires et la VO2max sont significativement supérieures (mesurées avec une bicyclette ergométrique). La souplesse du rachis dorsolombaire (mesurée à l’inclinomètre) est significativement plus grande. Les auteurs notent aussi une diminution significative de la masse grasse (mesurée à l’adipomètre). Ils en déduisent que le Tai Chi est une activité à prescrire préventivement pour faciliter le vieillissement avec succès. Channer KS, Barrow D, Barrow R, Osborne M, Ives G. Changes in haemodynamic parameters following Tai Chi Chuan and aerobic exercise in patients recovering from acute myocardial infarction. Postgrad Med J. ; 72(848), 349-51, 1996

Les auteurs ont comparé différents types d’exercice proposés en postcure après infarctus du myocarde. À la vue des résultats, le Tai Chi pourrait être privilégié. En effet, le Tai Chi correspond à l’exercice dont l’observance est la meilleure. Par ailleurs, si la plupart des variations (bénéfiques) des paramètres physiologiques circulatoires sont identiques quels que soient les exercices proposés, seul le Tai Chi abaisse significativement la pression artérielle diastolique. Lai JS, Lan C, Wong MK, Teng SH. Two-year trends in cardiorespiratory function among older Tai Chi Chuan practitioners and sedentary subjects. J Am Geriatr Soc. ; 43(11):1222-7, 1995 Les auteurs comparent 45 PA vivant au domicile et pratiquant le Tai Chi depuis 7 ans à un groupe de 39 PA sédentaires. Les PA incluse dans le protocole (64ans ± 9 à l’inclusion) sont ensuite suivies pendant 2 ans.

Les auteurs démontrent que le déclin fonctionnel cardio respiratoire est significativement moins important chez les pratiquants du Tai Chi, en particulier pour la VO2max. Lai JS, Wong MK, Lan C, Chong CK, Lien IN. Cardiorespiratory responses of Tai Chi Chuan practitioners and sedentary subjects during cycle ergometry. J Formos Med Assoc. ; 92(10), 894-9, 1993 L’étude est réalisée en comparant les résultats sur 41 sujets pratiquant le Tai Chi, versus 49 sujets sédentaires.

Le bénéfice du Tai Chi sur les paramètres cardio respiratoires est très significatif. Néanmoins cette étude concerne de jeunes séniors (étendue 50 – 64 ans) Wolf SL, Kutner NG, Green RC, McNeely E. The Atlanta FICSIT study: two exercise interventions to reduce frailty in elders. J Am Geriatr Soc. ; 41(3):329-32, 1993 Cette publication princeps relate l’initiation du programme FICSIT. Il s’agit du premier programme interventionnel étudiant avec une très grande rigueur scientifique les effets comparés du Tai Chi sur la prévention de la fragilité des personnes âgées, avec une cohorte de 200 participants. Les résultats ont été présentés par la même équipe en 1996 et en 2003.

L’étude a été poursuivie par des expérimentations qui tendent à affiner le profil sanitaire et du niveau de fragilité des populations ciblées. Kirsteins AE, Dietz F, Hwang SM. Evaluating the safety and potential use of a weight-bearing exercise, Tai-Chi Chuan, for rheumatoid arthritis patients. Am J Phys Med Rehabil. ; 70(3):136-41, 1991 La mesure de nombreux paramètres (souplesse et amplitude articulaire, temps de marche forcée, force de préhension, qualité de vie, douleurs) démontre une action bénéfique très significative de la pratique du Tai Chi (1h, 2 fois/sem pendant 10 semaines) chez des PA atteintes de polyarthrite rhumatoïde. L’étude a été conduite chez 11 PA versus un groupe contrôle de 9 PA. La pratique du Tai Chi a toujours été bien supportée.

Les auteurs suggèrent d’associer le Tai Chi à des exercices de charge en poids, dont on connaît le bénéfice sur la synthèse de la trame osseuse et le renforcement du tissu conjonctif. Jin P. Changes in heart rate, noradrenaline, cortisol and mood during Tai Chi. J Psychosom Res. ; 33(2), 197-206, 1989 Dans une comparaison entre 33 PA pratiquant le Tai Chi et 33 PA ne le pratiquant pas, cette équipe australienne montre que le Tai Chi améliore le rythme cardiaque, augmente la sécrétion de noradrénaline urinaire et diminue le cortisol salivaire.

Les PA pratiquant le Tai Chi rapportent un mieux être, sont moins dépressives, moins anxieuses, moins fatiguées et se sentent plus vigoureuses. L’équipe envisageait de comparer le Tai Chi à d’autres formes d’exercice physique. Zhou DH. Preventive geriatrics: an overview from traditional Chinese medicine. Am J Chin Med. ; 10(1-4), 32-39, 1982 Il s’agit du premier article trouvé dans la littérature scientifique colligée dans Medline , et qui suggère l’intérêt de la pratique des traditions de la médecine chinoise en gérontologie.

Les aspects préventifs et de gestion de l’équilibre entre l’individu et son environnement, entre le corps et la psyché, sont des aspects philosophiques et pratiques de la tradition chinoise qui sont en plein accord avec l’approche globale et holistique de la gérontologie occidentale moderne. L’auteur suggère de développer ces pratiques, et en particulier le Tai Chi, pour améliorer le vieillissement en santé et accroître la longévité .

Site réalisé par christian RASOTTO     06 17 08 68 09