YOGA  TAICHI 91

Alliance harmonieuse du Taichi chuan , du Qiqong , du  Yoga et de la Méditation

 

" Trouvez par la pratique votre paix intérieure  "
drapeau france drapeau anglais drapeau usa drapeau espagne



YOGA TAICHI 91

Christian RASOTTO

06 17 08 68 09

shanti91160@gmail.com

 

Franck Chapus 5° dan de Karaté

L'art du son et l'art de la main

Fondateur Gichin Funakoshi

 

funagoshi

 

(船越 義珍 Funakoshi Gichin), né le 10 novembre 1868 à Yamakawa, Shuri, préfecture d'Okinawa (îles Ryūkyū, Japon), et décédé en 1957 est le fondateur du karaté Shotokan, dit "Karaté Moderne". Gichin Funakoshi est le descendant d'une lignée de samouraïs, famille qui dans le passé avait été vassale de la noble dynastie des îles Ryūkyū. Son troisième fils, Gigō Funakoshi, prendra sa suite.

Les 20 préceptes du Karaté Dô

Gichin Funakoshi Sensei Funakoshi rédigea au soir de sa vie ce traité :

Ces maximes succinctes qui s'inscrivent dans le cadre d'une tradition orale étaient originellement destinées à être complétées par des explications du Maître.

franck chaput

Les commentaires et interprétations sont de Genwa Nakasone, contemporain et allié de poids de maître Funakoshi. C'est cette position privilégiée aux côtés du Maître qui fit de lui l'une des personnes les plus à même d'illustrer de commentaires les vingt préceptes.

N'oubliez pas que le karaté commence et s'achève par le rei. Rei = « respect, courtoisie: le salut »,

Le rei est la manifestation physique d'un cœur sincère, révérencieux et empli de respect. Il n'y a pas d'attaque dans le karaté. Dans le karaté, les mains et pieds sont potentiellement aussi mortels que la lame d'un sabre : c'est pourquoi dans la mesure du possible vous devez éviter de décocher un coup mortel. « Jamais il ne faut tirer son sabre sur un coup de tête », cet enseignement fondamental était au cœur du bushido japonais.

Elle souligne la nécessité absolue de faire montre de patience et de pondération. Mais quand la confrontation est inévitable, le pratiquant doit se lancer corps et âme dans le combat.

franck chaput

Le karaté est au service de l'équité. L'équité est ce qui sert le bien, la vertu, « quand je m'observe et que je constate que je suis dans le vrai, alors, mes ennemis, fussent-ils un millier ou dix mille, ne peuvent m'arrêter.

Cela implique bien sur qu'il faut faire preuve d'intelligence, de discernement et de force véritable ». Apprends déjà à te connaître, puis connais les autres.

Le mental prime sur la technique.

franck chaput

 

L'esprit doit être libre.

franck chaput

 

Meng Tsu évoque la quête de l'esprit « perdu » pour mettre un terme à l'errance spirituelle.

À l'inverse, Shao Yung soutient que l'esprit a besoin de se perdre, si l'on attache l'esprit tel un chat en laisse, il perdra sa liberté de mouvement.

Au cours de l'apprentissage, il est préférable de suivre les consignes édictées par Meng Tzu dans un premier temps, pour, dans un second temps, libérer l'esprit préconisé par Shao Yung.

Calamité est fille de non-vigilance . La pratique du karaté ne saurait se cantonner au seul dôjô.

L'objectif du karaté est de polir et nourrir à la fois le corps et l'esprit, s'il commence au dôjô au cours de la pratique, ce travail ne doit pas s'interrompre en fin d'entraînement.

Une alimentation déséquilibrée, un abus de boisson, des habitudes nuisibles à la santé en général auront des répercussions certaines sur la pratique au dôjô. Ils fatigueront à la fois le corps et l'esprit et détourneront l'adepte du dessein ultime de la pratique.

Le karaté est la quête d'une vie entière.

franck chaput

La Voie du karaté est sans fin, c'est la raison pour laquelle un pratiquant sincère pratiquera jusqu'à son dernier souffle.

La Voie véritable est infinie.

La Voie du karaté se retrouve en toute chose, et c'est là le secret de sa beauté intrinsèque.

L'intégration d'une facette du karaté parmi d'autres, ou une pratique distendue, ne sauraient suffire. Seule une pratique régulière et assidue récompensera votre corps et esprit des fruits de la Voie.

L'attitude la plus fine consiste, au contraire, à se résoudre fermement à ne pas perdre - quel que soit l'adversaire - en prenant conscience de nos propres forces et en faisant preuve de conviction inébranlable, le tout en adoptant une attitude conciliante dans la mesure du possible. Ajustez votre position en fonction de l'adversaire. L'issue d'un affrontement dépend de votre manière à gérer les pleins et les vides (forces et faiblesses). Les préceptes treize et quatorze évoquent l'attitude mentale à suivre en combat.

franck chaput

Un combattant doit pouvoir et savoir s'adapter à son adversaire. Dans cette optique, même les mains et pieds d'un non-pratiquant peuvent s'avérer dangereux.

Un néophyte qui s'implique corps et âme dans une lutte pour la vie, sans craindre ni blessure, ni trépas peut libérer une puissance considérable et extraordinaire, et être capable de défaire n'importe quel débutant.

Les katas sont la moelle de l'entraînement du karaté-dô, il convient de ne pas les dénaturer et de s'y entraîner conformément à l'enseignement dispensé par le maître.

L'alternance dur-mou, extension-contraction, lenteur-célérité, inspiration-expiration est de première importance en combat et peut déterminer l'issue d'un affrontement. Vous qui arpentez la Voie, ne laissez jamais votre esprit s'égarer, soyez assidu et habile.

Que l'on adopte un point de vue spirituel ou technique, le pratiquant ne doit jamais laisser son esprit « s'égarer » et doit être « assidu et habile ».

 

franck chaput

C'est seulement au terme d'une pratique embrassant plusieurs décennies et entretenue par un esprit courageux et intrépide que l'on peut parvenir à assimiler, pour la première fois de son existence, les véritables principes régissant la Voie.

Cela met en relief la vanité qu'il y a à croire que l'on pourra devenir maître d'un art martial après 5 ou 10 années de pratique-loisir.

 

Site réalisé par christian RASOTTO     06 17 08 68 09